Qui a donné des boutons à Cendrillon ?

Réponse : La rougeole

Censée être éradiquée aux États-Unis depuis 2000, elle est réapparue en décembre 2014 en Californie dans le parc d’attraction de Disneyland. Le retour de cette infection en Amérique du Nord coïncide avec la tendance de certains parents de refuser de faire vacciner leurs enfants. Pourtant, la rougeole est hautement contagieuse, et reste une des principales causes mondiales de décès chez l’enfant.



Des dizaines de cas de rougeole en Californie liés à Disneyland

D'après le site du Centre de protection contre les maladies de la Californie (CDPH), 59 cas de rougeole ont été recensés dans l'État depuis la fin décembre. "Sur les cas confirmés, 42 sont liés au fait d'avoir été exposés (au virus) au mois de décembre à Disneyland à Anaheim, en Californie", précise le CDPH, notant aussi que cinq employés de Disney ont été contaminés.

8% de non-vaccination menace directement l’immunité collective
— Agence Science-Presse

La rougeole, sous contrôle grâce au vaccin
La rougeole est une maladie virale grave extrêmement contagieuse. Cela peut paraître difficile à croire mais elle reste l'une des causes importantes de décès du jeune enfant. En 2014, on a recensé 114 900 décès par rougeole dans le monde, soit près de 314 décès par jour ou 13 par heure.

Pourtant, il existe un vaccin sûr et efficace. En 1980, avant que la vaccination ne se généralise, on estimait à 2,6 millions par an le nombre de décès dus à la rougeole. Entre 2000 et 2014, on estime que la vaccination a évité 17,1 millions de décès, faisant de ce vaccin le meilleur investissement en la santé publique.

Source : Rougeole, Organisation mondiale de la santé


“Les vaccins sont les victimes de leurs propres succès”
— The Panic Virus, Seth Mnookin

Pour faire apparaître les sous-titres français, cliquez sur l'icône «engrenage»


Une baisse de la vaccination
Malgré l’efficacité prouvée du vaccin, on assiste présentement à une recrudescence de la rougeole en raison de mouvements anti-vaccinations, qui poussent certains parents inquiets à ne pas faire vacciner leurs enfants.
À cause de cette baisse de vaccination, des épidémies de rougeole apparaissent. Ce fut le cas, en décembre 2014 en Californie au parc d'attractions de Disneyland. Au Québec, la dernière épidémie de rougeole date de 2011, avec 725 cas confirmés, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux. Il s'agissait de la plus importante épidémie de rougeole en Amérique depuis l'élimination de la maladie sur le continent en 2002.

Les vaccins sont victimes de leur propre succès: la population tend à oublier les maladies graves qui ont pu disparaître grâce à eux.

Sources :
Etats-unis: la rougeole est de retour, Sciences et Avenir
Le Québec aux prises avec une épidémie de rougeole, Ici Radio-Canada


Pour faire apparaître les sous-titres français, cliquez sur l'icône «engrenage»


 Crédit : le pharmachien 

Crédit : le pharmachien 

En raison de cette amnésie générationnelle, certains se concentrent plus sur les risques, souvent imaginaires, que sur les bienfaits primordiaux de la vaccination. Le vaccin, comme toute procédure médicale, comporte des risques minimes et contrôlés, de l’ordre d’1 chance sur 1 million de faire une réaction importante. C’est beaucoup plus que le risque d’avoir un accident en marchant dans la rue.

 Crédit : le pharmachien

Crédit : le pharmachien

Certains mouvements proclament que les vaccins causeraient l’autisme chez le jeune enfant. Cette controverse remonte à la publication d'un article biaisé dans la revue médicale britannique le Lancet en 1998, qui ne s'est rétractée sur le sujet qu'en 2010. Des centaines d’études ont ensuite prouvé qu’il n’existait aucun lien entre le vaccin et l'autisme. 

 crédit : le pharmachien

crédit : le pharmachien


Le vaccin, geste solidaire
Bien que les risques soient minimes, il est compréhensible pour les parents de s'inquiéter du bien-être de leurs enfants. Mais leurs choix n’impliquent pas seulement  leur famille. En effet, la vaccination permet de renforcer l’immunisation collective, c’est-à-dire la résistance générale d’une population à une maladie. En augmentant le taux de vaccination, on se protège et on protège les personnes les plus fragiles de notre société. Par contre, si ce taux chute, même relativement peu, on augmente fortement le risque d’une épidémie.

Watch how the measles outbreak spreads when kids get vaccinated - and when they don't

If you take 10 communities and run a simulation, it's easy to see why we need as many members of the 'herd' as possible to get vaccines - before it's too late

La vaccination est donc un acte solidaire. C’est ce qu’a découvert Eula Biss dans son livre “On immunity: an inoculation”, qui raconte comment elle fut d’abord une mère effrayée par la vaccination, ce qui l’amena à enquêter sur le sujet, pour conclure enfin que le vaccin “est l’une des choses les plus emphatiques que l’on peut faire” (...)“un système basé sur les gens utilisant volontairement leur corps pour protéger les personnes plus vulnérables”.

Source : Ripple Effects,‘On Immunity’, by Eula Biss, PARUL SEHGAL



Visitez le site


Découvrez toutes les capsules